Parfums d'idées

Site d'analyses économiques,financières, géopolitiques , et de réflexions de Kevv

Catégorie : Economie (Page 1 sur 2)

Le Paradoxe de Saint Petersbourg

Print Friendly, PDF & Email
Notez cet article

L’Auteur : Daniel Bernoulli [ 1700 – 1782 ]

 

Daniel Bernoulli – né à Groningue le 8 février 1700, et mort à Bâle, le 17 mars 1782

Daniel Bernoulli est né en 1700 dans le nord des Pays Bas à Groninge dans une famille de riches commerçants (commerce des épices) dont la réputation historique s’est construite grâce aux découvertes en Mathématiques ; lorsqu’il est question de Bernoulli, il est question des équations différentielles particulières, de l’inégalité de Bernoulli, de la loi de Bernoulli, des nombres et polynômes de Bernoulli, du schéma de Bernoulli, de la loi de Bernoulli etc … ), Daniel poursuivra également les recherches des ses ancêtres mais il s’intéressera aussi durant sa vie à divers domaines dont la médecine qu’il étudiera à Bâle , Strasbourg et Heidelberg , mais aussi la physique, la botanique et  la philosophie. Il obtient son doctorat de médecine en 1721 à Bâle. Il séjourne plusieurs années ( 1725-1734) à Saint-Pétersbourg où il est professeur de mathématiques, il reviendra ensuite à Bâle pour y enseigner l’astronomie, la médecine et la philosophie.Bernoulli aura de nombreux liens avec les Académies Européennes et entretient une correspondance foisonnante. Ses écrits les plus connus sont Hydrodynamica et Exposition of a New Theory on the Measurement of Risk 

La famille Bernoulli

 

 

 

 

 

 

Condorcet de l’Académie Royale des Sciences publiera un éloge de Mr de Bernoulli.

 

Le Paradoxe de Saint- Petersbourg

Soit la valeur espérée communément définie ainsi  :

Valeur espérée ( Z tend vers l’infini )

Vous êtes invité à jouer au jeu suivant : On jette une pièce de monnaie équilibrée jusqu’à ce que l’on tombe sur face, si vous tombez pour la première fois sur face vous gagnez 2^n euros et le jeu s’arrête.

Combien êtes vous prêt à mettre d’argent(obligatoire de payer) pour jouer au jeu ? 

Je récapitule ;

  •  Si  au premier lancer la pièce tombe sur face vous gagnez 2 euros le jeu s’arrête.
  • Sinon vous ne gagnez rien mais le jeu continue.

Alors ? 

D’après son étude empirique Bernoulli s’aperçoit que malgré le fait que la valeur espérée du jeu est infini, la plupart des gens ne sont pas prêt à mettre cette somme pour jouer.

Mais en moyenne une valeur proche de  4 euros ou 5 euros.

Résumé :

La probabilité de gagner 524 288 € est de 1/524 288.
La probabilité de gagner 1 048 576 € est de 1/524 288

Bernoulli nous dit que les gens ne résonnent pas en terme d’espérance de gain, mais d’une autre manière ; en espérance d’utilité  c’est à dire que  la fonction de départ est transformée.

Sur la base du calcul de l’espérance de gain, vous devriez être prêt à jouer toute votre fortune sur ce jeu de pièce de monnaie, ce qui est le cas de quasiment personne.Donc l’espérance de gain ne permet pas d’approximer le choix des individus pour ce jeu.

L’utilité retirée de la richesse n’est pas linéairement reliée à la richesse , on  a une fonction Non- linaire.

Bernoulli va alors prendre  comme proxi de l’utilité espérée la transformation logarithmique  : U(x) = log(x).

 La lettre adressée à M de Montmort  où il expose le problème :

 

KEVV


Sources :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bernoulli
http://ljk.imag.fr/membres/Bernard.Ycart/mel/ed/node18.html

PDF https://engineering.purdue.edu/~ipollak/ece302/FALL09/notes/Bernoulli_1738.pdf

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k35819/f91.image


 

 

 

La Chine en Afrique

Print Friendly, PDF & Email
Notez cet article

L’Afrique, terre d’Histoire, terre de convoitises

Le continent Africain possède de nombreuses ressources et notamment les matières premières indispensables aux économies  des grandes puissances des pays développés. Depuis la décolonisation, l’Occident a quand même gardé une présence forte et des liens privilégiés avec ses anciennes colonies mais l’arrivée de la Chine change la donne, les compagnies Occidentales entrent en concurrence avec les entreprises Chinoises sur l’attributions de concessions forestières, pétrolières ou de minerais rares, dès lors de nombreux monopoles se voient secoués. Le mécanisme en jeu tend à accroître les tensions politiques de part et d’autres chacun souhaite privilégier ses intérêts. La différence de stratégie entre Occidentaux et Chinois conduit de nombreux gouvernements Africains à se tourner de plus en plus vers le nouvel arrivant Chinois et s’éloigner du passé colonial.

 

Les chinois nous offrent du concret et l’occident des valeurs intangibles. Mais ça sert à quoi la transparence , la bonne gouvernance si les gens n’ont pas d’électricité, pas de travail ? La démocratie ça ne se mange pas.  »  Serge Mombouli conseiller du  président du Congo Brazzaville. Tiré du livre La Chinafrique.

Quelles sont les raisons qui poussent le géant Chinois à s’installer en Afrique ? Tout d’abord  l’immensité du continent Africain est considéré par les chinois comme une terre quasi vierge, c’est une aubaine car la Chine est surpeuplé. Chaque années de plus en plus de chinois choisissent de s’expatrier hors de leur frontières pour rejoindre le continent Africain. Une autre raison est que, comme les puissances Occidentales, la Chine est attirée par l’abondance des matières premières, le pétrole surtout, ainsi que les composants nécessaires à la production des smartphones, mais aussi les nombreuses terres vacantes pour la production agricole ou encore pour pallier aux besoins d’Uranium. La Chine y trouve les ressources dont elle a besoin et les échanges contre tout types de services. Enfin la Chine souhaite repartir à la conquête du monde et se détacher du centralisme passé. Sa stratégie est claire conquérir tout les marchés Africains qui lui serviront de tremplin pour aborder d’autres marchés comme l’Amérique latine ou l’Europe. De plus la Chine réaffirme sa position forte dans le jeu politique mondial.

Une stratégie Economique

Les Chinois arborent fièrement la doctrine du « Gagnant- Gagnant  » , ils viennent construire des infrastructures en échange de matières premières. Les entreprises Chinoises adoptent une stratégie liée, c’est tout l’Etat Chinois qui propose ses services sous forme de « packages », les entreprises agissent de concert et peuvent ainsi proposer la construction de routes, de ponts, de voies de chemins de fer, de barrages électriques, d’écoles, d’hôpitaux et d’autres réseaux de téléphonies ou de transport qui font le bonheur des Etats Africains désireux de développer leur pays. Ainsi l’espoir d’un développement Sud-Sud s’est entrouvert.

La relation Chine- Afrique s’est construite autour du développement économique du business et de la confiance dans les  petits entrepreneurs , cette politique marque une rupture avec la vision paternaliste Occidentale qui se concentre plus sur une aide au développement humanitaire, bien sur les grands acteurs dans les secteurs du pétrole et de l’extraction sont toujours là (Total, Chevron, BP, Shell, Exxon …) mais le discours Occidental de transparence, de démocratie, de respect des droits de l’Homme souvent opposé au respect de la diversité, d’apitoiement sur les inégalités, sur la pauvreté  passe de moins en moins …

L’Afrique ne veut plus de leçons, et comme l’Europe semble se désengager de l’Afrique, elle se tourne vers le nouvel arrivant Chinois qui, il faut bien le dire, à une vision long-termiste. La Chine n’a aucun scrupule à construire des infrastructures pour des dictateurs, dans des pays ayant une forte corruption ou instables politiquement contrairement au Occidentaux même si cette vision n’a pas toujours fais foi dans le passé. L’Occident n’a donc pas de leçon a donné sur ce point.

La Chine essaye de construire un discours historique qui passerait mieux aux oreilles des chefs d’États Africains, les relations Sino-Africaines remonteraient au 15ème siècle et même avant, lorsque l’empire des Ming envoya des centaines de vaisseaux à la conquête du monde ( Sous le règne de l’empereur Yongle, des expéditions chinoises explorent des terres et surtout des mers inconnues. L’apogée de cette période exploratrice est l’épopée de Zheng He, eunuque chinois qui va jusqu’en Afrique. Sa flotte, selon l’auteur britannique Gavin Menzies, aurait entrepris d’explorer la totalité du globe, atteignant l’Australie et les Amériques ). Il faut dire que cette stratégie fonctionne bien car elle s’oppose au passé sombre de la colonisation Occidentale et de l’esclavage.

L’histoire de la  politique chinoise en Afrique n’est cependant pas exante de tout reproche, pour certains hauts responsables Chinois, la Chine est allée trop loin pendant la guerre froide, elle a soutenu les alliés des Américains en appuyant l’UNITA de Jonas Savimbi en Angola contre les Russes et a adopté une attitude passive concernant le régime de l’apartheid en Afrique du Sud. Aujourd’hui la Chine se tient fièrement au coté des BRICS ( Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud).Ils soutiennent les cinq principes ( discours des non-alignés) qui sont le respect mutuel de la souveraineté et de l’intégrité territorial, le pacte de non- agression, la non-ingérence dans les affaires d’autrui, l’égalité et les bénéfices mutuels, et la coexistence pacifique.

La politique Chinoise s’oppose aussi aux politiques des grandes institutions mondiales comme la Banque mondiale et le FMI organismes fortement critiqués pour leurs politiques menées dans les nombreux pays Africains et qui dans biens des cas n’ont pas prouvé leur efficacité, les conditions des lignes de crédits entre ces organismes et les Etats reposent essentiellement sur les valeurs Occidentales de démocratie, de transparence, de restructurations administratives ( décentralisation) , de respect des droits de l’homme, de politiques d’austérité et « de resserrement de la ceinture  » matérialisés par des coupes budgétaires aux conséquences néfastes, qui souvent déstabilisent les piliers fondamentaux que sont l’éducation et la santé dans ces pays déjà en retard dans ces domaines. La Chine quant a elle ouvre de nombreuses lignes de crédits qui se chiffres en milliards elle a annulé 40% de la dette bilatérale de la Cote d’Ivoire par exemple.Concernant sa capacité d’action financière elle à le bras long !Cela est dû notamment à ses réserves de changes accumulés qui sont confortables ( 1455 Mds en 2007).

Carte des Investissements Chinois en Afrique ( 2015)

http://www.economist.com/news/middle-east-and-africa/21639554-china-has-become-big-africa-now-backlash-one-among-many

Les avantages Chinois se retrouvent aussi dans la productivité du travailleur chinois , outre le fait que la main d’oeuvre est illimité, le travailleur chinois est une machine , il travail souvent jusqu’à 23h le soir et 6/7 jours, tout le monde est impressionné de constater que les projets mettent un temps record à sortir de terre. Les chinois viennent aussi former les Africains et surtout le personnel qualifié car la main d’oeuvre chinoise est moins chère. Il est certain que la barrière de langue et la différence culturelle ainsi que les méthodes employées créent de nombreux problèmes et un sentiment de rejet auprès des travailleurs Africains qui sont obligés de faire avec. Les dirigeants, qui ne soutiennent pas les pratiques de management Chinoises préfèrent cependant leur politique de développement  des infrastructures au  développement simple échange commodités / produits manufacturés pratiqué de manière générale par les Occidentaux.

Nous sommes un peuple de 3 millions et quelques et eux sont 1 milliard et quelques, donc la relation au travail n’est pas la même, chez eux c’est une question de survie , chez nous aussi mais pas au même niveau: Certains jeunes ici n’ont pas encore compris l’importance du travail. Cela agace les chinois . Je les comprends. Il faut bien avouer que nous sommes un peu flegmatiques.

Dans le même temps les sommets et accords de coopérations se multiplient, de nombreux contrats sont signés lors de ces sommets. le sommet de Pékin en 2005 a fait office de séisme géopolitique, plus récemment le sommet de Johannesburg qualifié d’historique prévoit un investissement accru pour le maintient de la paix , la création de centres de formations pour 200000 techniciens et des échanges d’étudiants avec la Chine, de plus Xi Jinping s’est engagé à effacer les « dettes gouvernementales sans intérêt déchues fin 2015 ».

 

Le reportage présente de nombreuses personnes présent dans le livre La Chinafrique.

Autres Documentaires :

 SOURCES :

-http://www.lemonde.fr/televisions-radio/article/2017/03/15/tv-congo-la-guerre-des-minerais-le-recit-d-un-desastre_5095053_1655027.html

-http://www.scmp.com/news/china/diplomacy-defence/article/1887975/infographic-chinas-total-investment-africa?utm_source=&comment-sort=recommended

La Chine investit l’Afrique

  • http://www.economist.com/news/middle-east-and-africa/21639554-china-has-become-big-africa-now-backlash-one-among-many

– La Chinafrique – Serge Michel et Michel Beuret

http://www.courrierinternational.com/magazine/2014/1257-la-chine-a-la-conquete-du-monde

https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_Chine#L.E2.80.99empire_Song_.28960-1279.29_et_l.27empire_Jin

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/12/07/ce-qu-il-faut-retenir-du-sommet-chine-afrique_4826212_3212.html

KEVV

Éléments de Macroéconomie – Partie I

Print Friendly, PDF & Email
Notez cet article

Éléments de Macroéconomie

Définition macroéconomique : La fonction de production décrit la technique c’est à dire la combinaison productive utilisée dans toute l’économie. Il s’agit de l’agrégation des facteurs de toute l’économie productive.

Fonction Cobb Douglas (  à facteurs substituables, représentation graphique 3D)
Fonction de Leontief ( à facteurs complémentaires)

Définition TMS : Le taux Marginal de substitution indique le volume de capital qui doit être mobilisé pour compenser une baisse d’une unité de travail.

Dans la fonction de Cobb Douglas agrégée on a ajouté un facteur de progrès technique ( il s’agit en outre d’une série temporelle car indicée par le temps t et non par i ) :


α = représente l’élasticité de la production par rapport au capital

β = (α – 1) = représente l’élasticité de la production par rapport au travail

At est un facteur de progrès technique


g est le taux de croissance de A  définit par :

Définition : Le coût d’usage du capital (source:sénat)

Quel est le coût du capital ? A de nombreux égards, il semble assez peu légitime de l’assimiler au taux d’intérêt réel. Et comme le capital est par définition, un bien utilisable sur plusieurs périodes, il n’est pas légitime de l’assimiler non plus au coût de l’investissement.

Jorgenson (1963) a formalisé la notion de coût d’usage du capital. D’un point de vue théorique, le coût du facteur capital peut se définir comme un prix de location ou d’immobilisation. Le stock d’actifs physiques est détenu sur longue période et l’écriture d’un prix de location pour une période revient a supposer que la firme est en mesure de revendre son capital productif à chaque fin de période.

Pour simplifier on peux le noter : u = r + ɤ  ( ɤ = dépréciation du capital  , r = taux d’intérêt).


Pour que la règle d’épuisement du revenu national s’applique dans le cas d’une fonction Cobb douglas classique avec des rendements d’échelles constants,  le profit doit être nul et consacré uniquement aux parts de la rémunération du capital ainsi que du travail.


Dans le cas d’une fonction de type Cobb Douglas les conditions d’Inada sont respectés SSI α < 1 et  β < 1


Définition le taux de croissance annuel moyen ( TCAM) : Il ne s’agit pas de la moyenne des taux de croissance annualisée mais il s’agit de  faire comme si, sur une période donnée, le taux de croissance annuel (du PIB, ou de n’importe quel autre indicateur quantitatif) avait été parfaitement constant.

On fait l’hypothèse que gy est constant.

t représente le temps initial auquel on soustrait le temps final


Les  différents régimes de croissance : 

  • Malthusien : revenu par tête quasi- constant au cours du temps , une population qui reste relativement constante et pas de progrès technique , Malthus remarque que la population a une croissance de type géométrique et la production une croissance de type arithmétique. C’est une sorte d’Etat stationnaire.
  • Post malthusien : la population croit à un rythme soutenu grâce a  l’accroissement de l’espérance de vie et de la réduction de la mortalité infantileil y a du progrès technique dû au innovations de récolte agricole notamment, il y a une croissance du revenu par tête.

Histoire économique : La croissance des années d’après guerre pour la France se décomposent en quatre périodes :

  1. 1945  à 1951 : reconstruction et redémarrage de l’économie ( 10% de croissance en 1947, 13% l’année suivante )
  2. 1951 à 1957 : premier cycle de l’après guerre 
  3. 1957 à 1963 : second cycle de l’après guerre 
  4. 1963 à 1969: troisième cycle de l’après guerre 

2, 3, 4 : croissance accélérée entraînant une inflation forte

C’est la période des Trente Glorieuses

 

La Stagnation Séculaire

Print Friendly, PDF & Email
Notez cet article

Alvin Hansen à l’origine de l’expression

C’est en Mars 1939 dans un article de l’American Economic Review que l’on rencontre pour la première fois  l’expression de stagnation séculaire , son auteur est un économiste américain, qui s’employa à vulgariser la pensée de Keynes aux Etats unis, il fut également professeur d’économie politique à Harvard  et dans d’autres universités américaines . Il fut conseiller de Truman et de Roosevelt et inspira entre autres Samuelson et James Tobin qui suivirent ses séminaires.

The business cycle was par excellence the problem of the nineteenth century. But the main problem of our times, and particularly in the United States, is the problem of full employment. Yet paradoxical as it may seem, the nineteenth century was little concerned with, and understood but dimly, the character of the business cycle. Indeed, so long as the problem of full employment was not pressing, it was not necessary to worry unduly about the temporary unemployment incident to the swings of the cycle. Not until
the problem of full employment of our productive resources from the longrun, secular standpoint was upon us, were we compelled to give serious consideration to those factors and forces in our economy which tend to make business recoveries weak and anaemic and which tend to prolong and deepen the course of depressions. This is the essence of  secular stagnationsick recoveries which die in their infancy and depressions which feed on themselves and leave a hard and seemingly immovable core of unemployment.

Ainsi Alvin Hansen avait constaté dans les années 30 une rechute de l’économie américaine après le New Deal, les réformes et changements structurels mis en place par Roosevelt n’ont pas permis de réduire efficacement le chômage et de relancer durablement la croissance économique . Hansen met en avant les faibles et éphémères reprises de l’activité qui meurent à peine nées ,des dépressions qui s’auto-alimentent et conduisent à un chômage persistant , c’est la « secular stagnation «  qui est l’objet de notre recherche aujourd’hui.

Economic Progress and Declining Population Growth- Alvin Hansen

 

D’après Hansen dans une économie de marché le plein emploi ne peut être atteint sans une dépense d’investissement conséquente et le volume d’investissement requis doit combler l’Écart entre le produit de plein emploi et les dépenses de consommation. Si le gouvernement ne mène  pas de politique de relance de la consommation, la croissance économique  dépend alors  de la vigueur de l’investissement.

En effet pour lui il faut agir à court terme sur la demande globale en favorisant l’investissement ce qui permet l’augmentation à long terme du stock de capital et donc une augmentation des capacités de production en perspective. Mais pour ce faire un taux d’intérêt bas qui entraîne l’abondance de liquidité ne peut à lui seul relancer l’investissement.

Hansen se focalise sur le taux d’intérêt naturel qu’il emprunte à la théorie de Knut Wicksell et rejoint l’idée d’une dépendance forte entre  l’investissement et le taux d’intérêt naturel car c’est le taux de profit sur les nouveaux investissements.

Le déséquilibre entre l’excès d’épargne et l’insuffisance de l’investissement provoquerait pour lui la chute durable du taux d’intérêt naturel     ( à Long Terme) .

Perspective Economique Moderne

Depuis la crise des subprimes de 2008, la croissance mondiale est atone et fragile et cela malgré le rebond de 2010 ( qui constitue donc une reprise éphémère). Deux indicateurs sont utilisés pour faire ce constat :

  • le taux de croissance du PIB réel
  • l’écart de produit ( Output gap )

L’écart de produit est la différence entre le  produit courant c’est à dire venant de l’observation et le produit potentiel qui est non observable et donc estimé ( définition ci-dessous ).

  1.  Écart de produit >0:  Sur-utilisation des capacités de production  dû à une demande globale trop forte -> politique restrictive 
  2. Écart de produit <0 :  Sous-utilisation  des capacités de production dû à une demande globale trop faible ->politique accommodante

 

 

La situation économique actuelle présente des caractéristiques probantes d’une stagnation séculaire :

L’économie mondiale est chancelante et a une croissance économique mondiale trop faible depuis trop longtemps 

FMI , Avril 2016

 

Comment est déterminé le taux d’intérêt naturel ? 

3 éléments importants;  la croissance potentielle ( Potential GDP) qui est par définition le niveau maximal de production atteignable à un instant donné et durablement maintenable, sans tensions excessives dans l’économie, en particulier sans accélération de l’inflation. Le taux de croissance potentielle est le taux de croissance de la production potentielle, la courbe Investissement – Epargne qui est l’équilibre sur le marché des biens et  services ( I=S)  et le taux d’intérêt réel ( taux d’intérêt nominal ( CT ) – taux d’inflation ( Core Production Inflation) ).

Le débat sur la stagnation séculaire a refait surface ces dernières années, le concept est revisité aujourd’hui par Lawrence Summers ; ancien président du conseil économique des Etats Unis et 71 ème  secrétaire au Trèsor.

Why stagnation might prove to be the new normal – Larry Summers

The nature of macroeconomics has changed dramatically in the last seven years. Now, instead of being concerned with minor adjustments to stabilize about a given trend, concern is focused on avoiding secular stagnation

U.S. Economic Prospects: Secular Stagnation, Hysteresis, and the Zero Lower Bound- Larry Summers

 

KEVV

George Soros a t-il touché le jackpot avec le Brexit ?

Print Friendly, PDF & Email
Notez cet article

George Soros et le Soros Fund Management 

George Soros est né à Budapest le 12 août 1930, il grandit dans un famille juive hongroise puis émigre au Royaume-Uni en 1947 où il entreprend des études d’économie à la London School of Economics. Il obtient un bachelor of science en 1951 et un PhD en 1954 en philosophie et commence à travailler, la même année, dans une petite maison de courtage de la City londonienne fondée par deux associés hongrois.Il crée en 1969 son premier propre fonds offshore dans les Antilles à Curaçao le fonds Quantum Fund of Funds. Il gère son fonds depuis New York avec sa société de gestion le Soros Fund Management LLC. Il investit dans son fonds ses propres économies en plus de l’argent de ses premiers investisseurs qui sont principalement la Banque Rothschild Paris et Heldring & Pierson. Il est connu comme un des plus grands spéculateurs sur devises de la planète.

Le coup de génie de 1992 : Black Wednesday 

En 1992 Soros prédit l’effondrement du Système monétaire Européen et spécule sur l’effondrement de la livre Sterling. Le 15 août 1971, la convertibilité du dollar en or fut suspendue par le président américain Nixon ce qui marqua la fin du système de Breton Woods et la généralisation des changes flottants en 1973, les pays qui constituaient la Communauté Economique Européenne ( créée en 1957 avec le traité de Rome) ont essayé de construire un système monétaire dans lequel les devises européennes pouvaient fluctuer à l’intérieure d’une marge contrôlée de fluctuation: Le Serpent Monétaire Européen. Les banques centrales devaient maintenir leur monnaie dans un tunnel de variation de + ou -2.25% autour de leur parité bilatérale et garantir la stabilité des monnaies. Le mécanisme durera jusqu’en mars 1978, après cette date une série de négociations visent à mettre en place le SME ( Système monétaire Européen), dés 1979 les marges de fluctuations d’abord proches de celle du serpent deviennent plus flexibles et un contrôle des monnaies par rapport à l’ECU ( la monnaie fictive européenne) est mis en place, des dévaluations périodiques sont aussi accordées. A cette époque c’est la crise en Angleterre, cette dernière n’adhère pas au mécanisme de change du SME lors de sa création, mais en octobre 1990 Margareth Thatcher prend la décision d’entrer dans le mécanisme de change du SME malgré une inflation forte ( 3 fois celle de l’Allemagne) et des taux d’intérêts élevés en indexant le pound à 2.95 Deutsche Mark. De l’autre coté de la manche la réunification Allemande génère un choc monétaire sans précédent et les transferts de l’ouest vers l’est avoisine les 139 milliards de Marks en 1991, ce qui représente pratiquement la moitié de l’épargne privée de l’ouest à cette période. Ce qui a pour effet une forte augmentation de l’inflation en Allemagne ; en guise de contre attaque la bundesbank décide de resserrer drastiquement la politique monétaire et donc d’augmenter les taux d’intérêts. Le premier pays à en faire les frais est l’Italie, la lira est dévaluée de 4%. Les cambistes craignent le même scénario pour l’Angleterre car il ne voient pas la pays augmenter ses taux d’intérêts pour suivre les allemands et réduire l’écart de taux, ils vendent donc de la Livre Sterling  pour acheter du Deutsche Mark du fait des taux plus élevés en Allemagne. Ceci causa de nombreux stress sur les monnaies du SME.

Plus d’infos sur le SME et les mécanismes de changes sur : http://www.captaineconomics.fr/-le-serpent-monetaire-europeen-et-le-systeme-monetaire-europeen

Le différentiel de taux entre UK et Germany était très important et les investisseurs pressentaient un réajustement.

rates 1992

Le 23 février de la même année le traité de Maastricht est signé, il prévoit plus de coopération entre les pays Européens et une monnaie unique (euro), mais quelques mois plus tard le rejet par le Danemark, par référendum, du Traité portant sur la création de l’Union Économique et Monétaire( UEM ) inquiète les marchés financiers ( il sera finalement refait puis adopté en 1993). La campagne pour le référendum français sur le même sujet aggrave les incertitudes sur le devenir du projet de monnaie unique…

Les monnaies étaient donc mises sous pressions et sur-évalués par rapport au Deutsche Mark. Les spéculateurs se sont alors interrogés jusqu’à quand pouvait tenir le système en place.

Le 15 septembre 1992 George Soros décide d’entrer en action en vendant à découvert 10 milliards de livre sterling, comptant les acheter plus tard à un prix bien moindre: c’est un pari risqué à la baisse. Le lendemain la livre chute lourdement à l’ouverture, s’en suit une phase de fluctuations du taux de change qui devient incontrôlable, le pound subit « l’effet domino » et se dévalue de plus de 30% en 5 mois.

En « shortant  » la livre sterling,  Soros réalise un profit de 1 milliard £. La Bank of England perd la moitié de son stock, soit 19 milliard de dollars. Quelques jours plus tard l’Angleterre sort du SME tout comme l’Italie, l’Espagne quant-a-elle dévalue sa monnaie de 5%.

Black-Wednesday---16-Sept-001 488x-1

 

Crisis of ERM ( 1992-1993) – Princeton University

 

Remake pour le Brexit ? 

Et bien non ! Soros n’a pas « shorté » ses positions en vue d’une dévaluation suite au référendum sur la sortie de la grande Bretagne de l’Union Européenne, en effet il n’a pas répété l’exploit de 1992 et a choisit de maintenir une stratégie « long »c’est à dire un status quo sur la paire GBP/USD et donc de ne pas parier contre une baisse de la livre sterling. Cette décision paraît surprenante au vue des déclarations que le milliardaire avait pu faire quelques jours avant le scrutin arguant que la livre pouvait chuter de plus de 20% par rapport au dollar et que les investisseurs sous-estimaient fortement l’impact de ce choc politique, Soros s’était aussi montré en faveur d’une sortie du royaume Uni de l’UE. Mais l’aversion au risque venait sans doute des bookmakers, des analystes et de leurs prévisions d’une victoire éclatante du « Oui ».

Now the catastrophic scenario that many feared has materialized, making the disintegration of the EU practically irreversible,” Soros wrote in a June 25 essay reflecting on the U.K. vote for Project Syndicate. “The consequences for the real economy will be comparable only to the financial crisis of 2007-2008. – Bloomberg 

Soros avait également mentionné que l’impact serait plus important à court et moyen terme pour les citoyens britanniques et leur économie.

times

 

Mais d’autres investissements importants liés au Brexit 

C’est sur le German 30 index (DAX) que G.Soros a réalisé de nombreux profits qui excédent sans aucun doute une dizaine de millions d’euros en pariant sur une chute du cours de l’action de la Deutsche Bank, le pari contre le plus grand établissement allemand était toutefois osé si l’on regarde les positions des politiques qui n’affichaient aucune inquiétude et qui rejetaient l’interrogation sur les banques du Sud de l’Europe en Italie ou en Espagne. Soros Fund Management LLC a accepté une position de vente d’un montant de 0,51 % du capital-actions de la banque le 27/06 et de 0.46% le 28/06. Le fonds a emprunté environ sept millions d’actions d’une valeur de 100 millions d’euros et les a revendues pour un gain de plusieurs millions. Il faut dire que le Brexit ajoute peut être un choc de trop pour la banque allemande déjà dans la tourmente. On savait les difficultés que la banque allemande subissait depuis des années avec les affaires en tout genre libor, pénalités et sauvetage indirecte par les états membres de la zone Euro car la banque possédait beaucoup de dette grecque et irlandaise, mais c’est  plus particulièrement depuis février, que cette dernière faisait face à des replis historiques, le CDS affichait en outre un risque de 20% de faillite dans les 5 ans, le 27/06 le cours de l’action a touché encore une fois un plus bas historique à 12.07 euros. Et dire que 2 ans plus tôt seulement le cours de l’action cotait au dessus de 20 euros l’action allant jusqu’à 37 euros en janvier 2014. Du plus bas de 2015 l’action a perdu 52% de sa valeur par rapport au cours actuel de 12.58 euros l’action.

Un cours qui pourrait continuer à dégringoler en raison des incertitudes sur les futurs négociations avec la Grande Bretagne…

DBK

Cours de la Deutsche Bank 22/06 au 28/06

soros fund

 

Le Dax est malmené depuis 2015 va t’il faire de la résistance autour des  9100 , 8700 ou 8600 voir plus bas si cassure ? C’est la question on a tout de même un tendance baissière qui se profil sur plusieurs mois.

dax

 


http://priceonomics.com/the-trade-of-the-century-when-george-soros-broke/

http://www.latribune.fr/bourse/devises-forex/20130718trib000776400/soros-lhomme-qui-fit-sauter-la-banque-dangleterre.html

http://www.bloomberg.com/news/articles/2016-06-27/soros-was-long-the-pound-before-brexit-vote-says-spokesman

http://www.irishtimes.com/business/markets/george-soros-was-long-on-sterling-before-vote-1.2701552

http://www.sueddeutsche.de/wirtschaft/nach-brexit-referendum-george-soros-wettet-millionen-gegen-die-deutsche-bank-und-gewinnt-1.3054771

http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/de-quoi-la-deutsche-bank-est-elle-le-nom-550364.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/George_Soros

http://www.nytimes.com/1993/10/17/magazine/blaming-the-bundesbank.html?pagewanted=all

KEVV

Le Chômage, Fatalité ou nécessité ? Cahuc et Zylberberg

Print Friendly, PDF & Email
Notez cet article

Le livre paru en 2004 a remporté le prix Européen du livre d’économie la même année, cet ouvrage s’offre comme un condensé des thèses déjà émises  en économie du travail et ajoute un regard nouveau grâce à des chiffres marquants .

« Le temps n’est pas encore venu de dire que l’on a tout essayé en terme de chômage   »

Certains ouvrages d’économie sont à recommander pour qui veut aller au delà des quelques formules superficielles qui servent de prêt à penser économique. L’ouvrage de Pierre Cahuc et René Zylberberg, au titre provocateur « Le chômage, fatalité ou nécessité », est indiscutablement de ceux là.  Institut supérieur du Travail 

le chomage fatalité ou nécessité

Préface d’Olivier Blanchard

Comment promouvoir le le changement et le progrès en limitant les incertitudes et les pertes individuelles ?

-> Rebâtir l’assurance chômage

->Emploi pour les travailleurs peu qualifiés

->Réforme de la législation (indemnités, formation et recherche d’emploi

Chaque jour 10 000 emplois sont détruits et 10 000 se créent

  • Un processus de « destruction créatrice  » pour paraphraser Schumpeter est à l’oeuvre sur le marché du travail.
  • Il faut changer de mode de pensée pour mettre en place un système juste et efficace, pour cela il faut arrêter d’avoir la phobie du chômage.
  • Les auteurs nous disent que chaque nouveau gouvernement avance dans le brouillard car les reformes précédentes ne font l’objet d’aucune évaluation précise.
  • Il y a une polarisation du débat entre d’un coté les défenseurs de la « flexibilité » qui raisonnent en terme d’efficacité et de l’autre les partisans de l’intervention multidirectionnelle qui raisonnent en terme de justice sociale et d’équité (salaire minimum élevé, interdiction de licencier, allocations chômages et minima sociaux  généreux, emploi public et déficit budgétaire)
  • Loi des 15% : à l’échelle d’une nation chaque année, environ 15 % des emplois disparaissent et 15% apparaissent
  • Le déversement des emplois dans un même secteur d’activité est plus significatif qu’entre secteurs.
  • Chaque année 10% des entreprises Européennes disparaissent en moyenne et autant apparaissent (Bartelman – Scarpetta – Schivardi)
  • 70% des embauches se font en CDD, la part de l’emploi stable reste relativement faible ( données 2004)
  • La mondialisation n’aggrave pas le chômage (voir théorie du commerce international paradoxe de Leontief)
  • La théorie des licenciements boursiers ( licenciement -> augmentation des dividendes -> augmentation du prix de l’action ) n’est pas une loi car elle est réfutée par les études empiriques, en moyenne après une réduction d’effectif le cours de l’action de l’entreprise cotée baisse.( Farber et Hallock)

Le travail ne se partage pas

  • L’immigration n’aura pas d’effet sur les salaires ou le chômage si le pays à une capacité forte d’adaptation du capital ( moyens de production,infrastructures…)
  • La réduction du temps de travail tel que la loi Aubry (35h) n’a pas fait apparaître d’effet positif sur l’emploi d’après les deux études présentées ce qui n’est pas le cas  des allègements de cotisations patronales.

Le salaire n’est pas toujours l’ennemi de l’emploi

  • Opposition entre les théories keynésiennes pour lesquelles une hausse des salaires entraîne une hausse de l’emploi et les théories libérales pour lesquelles la relation est inverse car les hausses de salaires dégradent la rentabilité des entreprises. Qui a raison ? Tout le monde, mais dans certaines circonstances.
  • L’imposition d’un salaire minimum a un impact positif et durable sur l’emploi
  • Une hausse du salaire minimum peut augmenter le nombre d’embauche si l’employeur a un degré de contrôle ( en référence au degré de concurrence su le marché du travail) significatif sur le taux de salaire qu’il paie ( George Stigler -1946)
  • Le salaire minimum peut être bénéfique ou néfaste, tout dépend du point de départ (Est il proche des minima sociaux ,très éloigné ? )
  • En France de 1960 jusque 2000 le salaire minimum n’a cessé d’augmenter
  • Il faut mettre en balance l’impact du SMIC sur le coût du travail peu qualifié avec les allègements de charges des entreprises.
  • Il est indispensable de ne pas entraîner les personnes accidentés du travail dans une « trappe à inactivité » dû aux indemnités sociales.

Le travail doit payer

  • Le crédit d’impôt ou impôt négatif consiste a accorder des réductions d’impôt à ceux qui acceptent de prendre un emploi faiblement rémunéré (Prime Pour Emploi * 2001 France)
  • Le mécanisme d’intéressement crée des avantages temporaires qui favorisent la précarité
  • Si on décide de taxer les riches deux effets viennent à l’oeuvre ; l’effet Laffer consiste à dire que la hausse des taxes jusqu’a des niveaux trop élevé conduit à une baisse de l’activité et une baisse des recettes fiscales. Les riches étant peu, l’augmentation des recettes fiscales seraient minimes comparée à une taxation plus élargie.

Le chômage est utile

  • La recherche d’emploi est une activité économique utile
  • Il y a un véritable problème d’appariement entre offre et demande dans certains secteurs
  • On peut tirer trois enseignements des allocations versées aux chômeurs ( 1- Une forte diminution des allocations force une partie des chômeurs à trouver rapidement un emploi , 2- le taux de sorties de chômeurs le plus qualifiés double quand la fin de leur droits d’allocations chômage approche, 3-une partie des chômeurs ne retrouvent pas d’emploi le quatorzième mois après une forte diminution de leurs allocations.
  • Plutôt que « d’affamer » les chômeurs, un système plus juste doit être mis en place.
  • Une aide au retour à l’emploi consiste en une combinaisons d’aides personnalisés et de sanctions crédibles.

Protéger l’emploi autrement

  • La protection de l’emploi poursuit au moins trois objectifs; augmenter ou stabiliser l’emploi en diminuant les destructions, réduire les risques encourus par les salariés et inciter les entreprises  à tenir compte de la valeur sociale des emplois.
  • La rigueur de l’emploi n’a aucun effet significatif sur le taux de chômage mais elle accroît la durée du chômage et diminue le taux d’emploi
  • Il faut retenir qu’un licenciement engendre une externalité , c’est à dire que la valeur sociale d’un emploi dépasse sa valeur privée d’un montant égal au coup pour la collectivité de la personne licenciée pendant sa période de chômage.
  • L’emploi contribue à améliorer l’état de santé, à diminuer la criminalité,et permet une redistribution des richesses (ex : au sein d’une famille)
  • Un licenciement économique doit être justifié par la sauvegarde de la compétitivité et non son amélioration.
  • La fiscalisation de la protection économique est plus efficace que toute formes de contrôle économique et se  base sur la transparence et l’incitation.

L’éducation n’est pas une potion magique

  • Accroître systématiquement l’intervention publique en matière d’éducation, de formation permanente et de reconversion professionnelle n’est pas toujours la meilleure politique possible.
  • Aider les enfants et adolescents issus de milieux défavorisés est efficace.

Evaluer et changer les politiques publiques de l’emploi

  • En France plus de 80 dispositifs se sont succédé depuis 1970
  • Aides à l’emploi dans le secteur publique et associatif : créer des emplois à durée limité pour des publics en difficultés ,
  • Aides à l’emploi dans le secteur privé : subventions des entreprises pour la formation et l’embauche de publics particuliers
  • Les programmes de formations en entreprises et de remplacement temporaire d’un employé dans le secteur publique est efficace ( cas de la Suède)
  • Classement des mesures ; 1- subventions à l’emploi dans le secteur privé, 2- chômage simple , formation en entreprise et remplacement temporaire, 3-formation hors de l’entreprise et emploi temporaire dans le secteur publique
  • Les aides à l’emploi sont d’autant plus efficaces que l’emploi aidé est proche d’un emploi régulier

 

Grandes lignes du livre – KEVV


Réferences 

Le chômage , fatalité ou nécessité? – Pierre Cahuc et André Zylberberg

http://www.alternatives-economiques.fr/le-chomage–fatalite-ou-necessite–par-pierre-cahuc-et-andre-zylberberg_fr_art_180_20018.html

http://istravail.com/actualites-etudes/les-etudes-sociales-et-syndicales/10244-lu-pour-vous-le-chomage-fatalite.html

 

Prix du meilleur article financier 2016

Print Friendly, PDF & Email
Notez cet article

Ce jeudi soir dans la salle de conférence de la Banque de France se déroulait  la cérémonie de remise des prix du Meilleur article financier  2016, un prix organisé par l’Ajev et Lire l’Economie en partenariat avec la Banque de France qui récompense le fruit du travail des journalistes qui œuvrent à la vulgarisation de l’économie  et qui comme le souligne le gouverneur de la banque de France Francois Villeroy de Galhau rend compréhensible à ses lecteurs des termes économiques complexes tel que Fintech, LBO ou bien « taux d’intérêts négatifs ».

Pour cette édition 2016 le choix du jury n’a pas été évident, dans la catégorie « jeunes journalistes » c’est Jérémy Perraud, ancien journaliste au Progrès et actuellement journaliste au Dauphiné Libéré qui est l’heureux lauréat. Dans la catégorie « journalistes confirmés  » c’est Philippe Escande éditorialiste au Monde Economie et Entreprise, il dirige le supplément économique du journal le Monde.

Au départ 27  journalistes chez les jeunes et 21 chez les confirmés ont proposés leurs travaux, la sélection n’a retenu que 3 candidats dans chaque catégorie dont Marie Dancer journaliste à La croix en charge des questions économiques et sociales de l’Union Européenne, à ses cotés Clément Lacombe journaliste économique au journal le Point et Jérémy Perraud. Chez les journalistes confirmés les finalistes étaient Eric Albert journaliste basé à Londres correspondant pour le Monde, Martine Orange journaliste à Médiapart et Philippe Escande.

Au Mount Washington Hotel, les fantômes de Bretton Woods – Philippe Escande

L’article fait partie d’une  grande série consacrée aux hôtels qui ont changé le monde, Philippe Escande s’est intéressé au Mount Washignton Hôtel, un lieu chargé d’histoire. Entre tourisme et histoire économique il nous raconte l’histoire de la conférence de Bretton Woods, une des conférences économiques les plus importantes  puisqu’elle a réuni pendant trois semaines plus de 700 délégués de 44 pays alliés dans le but de redessiner les contours de la finance internationale contemporaine, elle a notamment conduit à la création de la Banque Mondiale et du Fond Monétaire Internationale.

[…] Et enfin évidemment, les fameux accords de Bretton Woods qui ont consacré le roi dollar et l’hégémonie économique américaine sur le reste du monde. Trois semaines étourdissantes, dominées par la figure du plus célèbre économiste du XXe siècle, le Britannique John Maynard Keynes.

Au travers d’anecdotes passionnantes que le jury n’a pas manqué de souligner, comme par exemple l’idée de création du Bancor une monnaie internationale ;

Un dimanche de décembre 1941, Henry Morgenthau, le secrétaire au Trésor du président Roosevelt, appelle son adjoint White pour lui raconter son rêve de la nuit : après la guerre, le monde se dote d’une monnaie internationale et d’un fonds pour la gérer. Il charge White d’étudier la faisabilité d’une telle utopie. L’économiste se met au travail et croise la route de
Keynes qui, dans le même temps, invente l’idée d’une monnaie mondiale, le Bancor.

Ou bien celle où le directeur de l’hôtel ne résiste pas à la pression de recevoir autant de gens et qui plus est des diplomates et délégués d’Etats ;

Le stress est si intense que le directeur de l’hôtel entre en dépression et s’enferme dans un placard avec des bouteilles d’alcool. Un fonctionnaire est appelé pour le remplacer d’urgence

De plus Philippe Escande a rendu l’article pédagogique en expliquant les tenants et aboutissants de la confrontation entre Keynes et White ,et en résumant succinctement les idées keynésiennes. Tout cela dans un style fluide et simple caractéristique des grands reporters.

 

 

Bel Maille : les dessous d’une liquidation bien préparée – Jérémy Perraud

Pour le prix du meilleur article dans la catégorie « jeunes journalistes » Jérémy Perraud avoue être surpris de la décision du jury car il considérait son travail de moins bonne qualité que ses camarades nominés mais son article est un travail quasi parfait pour un jeune journaliste qui a tout dû apprendre sur le tas, il lâche d’ailleurs qu’il ne connaissait pas le fonctionnement d’un Laverage Buy Out  et que la motivation d’en savoir plus le démangeait.

Son article  s’inscrit dans un journalisme d’enquête,  cette enquête il a eu le temps de la mûrir puisqu’il explique que ce travail a été réalisé sur 3 semaines dans le cadre d’un projet d’enquête pour sa formation à l’Ecole Supérieure de Journalisme Professionnel.

On y découvre la décente aux enfers de la société Bel Maille une entreprise de tissage  installée à Riorges, Jérémy Perraud pose la question de la stratégie du repreneur Jean Ziegler, serait-ce un parent de Gordon Gecko ? Deux reprises à son actif et deux liquidations … Affaire à suivre.

http://www.leprogres.fr/loire/2015/11/05/bel-maille-les-dessous-d-une-liquidation-bien-preparee

 

KEVV , compte rendu de la remise des prix à la Banque de France 12/05/2016

La croissance à tout prix ? Réflexion sur des modèles à faible croissance

Print Friendly, PDF & Email
Notez cet article

Sacrée Croissance !

La croissance économique est depuis des décennies le mot préféré des politiques, et c’est bien parce qu’elle ne cesse de diminuer que les dirigeants du monde s’inquiètent et tentent en vain de la relancer, outre les considérations sur l’origine de cette baisse les économistes se demandent si le nouveau paradigme qui est entrain de se mettre en place est un phénomène de court terme ou de long terme… Pour certains les niveaux de croissances passés sont bel et bien révolus et la probabilité d’y revenir est infime, il faudra donc s’y habituer, pour d’autre la croissance est toujours l’objectif central de toute conduite de politique économique. Deux visions du monde opposées qui ont des implications directes sur la vie de millions de personnes.

gvgf

 

La croissance à tout prix ? ou un modèle de croissance adapté aux enjeux du siècle à venir ?  voilà la problématique centrale sur fond de questions philosophiques et idéalistes auquel le documentaire Sacrée Croissance ! essaye de répondre, il permet de conforter pour certain ou d’apporter des pistes de réflexions pour d’autre sur l’un des problèmes économiques et politiques majeurs du monde contemporain.

 

Sacrée croissance from Nardisto on Vimeo.

Ce documentaire porte de nombreux projets de développement d’une nouvelle économie, des alternatives nouvelles et se base sur une autre manière de voir la société.

Une Philosophie de vie

Prendre conscience du monde qui nous entoure est un préalable à toute synthèse sociale, agir local et penser global ne doit pas seulement être une démarche de certaines ONG ou d’organisations sociales alternatives, elle se veut citoyenne et à l’échelle du monde car il y a de prime abord le respect de la planète en jeu ainsi que le respect de l’autre et l’harmonie collective.

La croissance est un accélérateur de pression écologique

Le Bhoutan est un petit pays d’Asie central  qui a choisit de délaisser le Produit intérieur brut pour le Bonheur intérieur Brut , une particularité unique au monde qui s’accompagne d’une philosophie de vie unique en son genre mis en pratique par la politique du petit pays monarchique.

Alternatives pour changer le monde

La recherche de la nouvelle économie que prône la NEF, New Economics Foundation crée en juin 1986 par un groupe d’économistes, d’écologistes et d’acteurs du développement, s’articule autour de trois piliers indissociables; l’Economie, l’Environnement et la Société. Les idées nouvelles et alternatives issu de ces différents champs respectifs sont légions, en effet des idées fleurissent aux quatre coins du monde pour améliorer le niveau de vie tout en respectant la nature et les hommes.

Dans les Fermes urbaines de Toronto, des hommes et des femmes se sont entraidés pour créer des coopératives agricoles urbaines dont l’objectif est de retrouver une souveraineté alimentaire, à Rosario en Argentine la création de fermes urbaines a permit de lutter contre l’exclusion sociale. Au Népal dans un petit village à plus de 100 km de la capitale un projet de création de micro-hydrocentrale électrique financé entièrement par la collectivité locale a permit à l’ensemble de la communauté d’accéder à l’électricité tout en respectant l’environnement. Ainsi ces projets on non seulement développés les conditions de vie des populations mais les ont rendues plus autonomes. Les nouveaux moyens d’échanges  comme les monnaies locales dynamisent les commerces locaux et se multiplient à vitesse grand V, les nouveaux moyens de financements quant à eux permettent un accès plus simple au crédit. Autant d’avancées qui bénéficient à l’ensemble de la communauté.

New economics Foundation

Redéfinition des biens communs

La notion de commun est un concept fondamental de la nouvelle économie, un bien commun se définit comme un bien non exclusif c’est à dire qui n’exclut personne à sa consommation et la rivalité qui désigne les biens dont la consommation par un agent empêche la consommation par d’autres agents.

La transition énergétique comme vecteur de croissance ?

En France la loi sur la transition énergétique à été voté en 2015, quels en sont les tenants et les aboutissants?

La majeure partie de l’énergie que nous consommons aujourd’hui est polluante, coûteuse et provient de ressources fossiles qui diminuent. La transition énergétique vise à préparer l’après-pétrole et à instaurer un nouveau modèle énergétique français, plus robuste et plus durable face aux enjeux d’approvisionnement en énergie, à l’évolution des prix, à l’épuisement des ressources et aux impératifs de la protection de l’environnement – Ministère de l’environnement et du développement durable 

Les points clés de cette loi: 

  • Réduire de 40 % des émissions de gaz à effet de serre en 2030 par rapport à 1990 ;
  • Diminuer de 30 % la consommation d’énergies fossiles en 2030 par rapport à 2012 ;
  • Porter la part des énergies renouvelables à 32 % de la consommation énergétique finale d’énergie en 2030 et à 40 % de la production d’électricité ;
  • Réduire la consommation énergétique finale de 50 % en 2050 par rapport à 2012 ;
  • Diminuer de 50 % le volume de déchets mis en décharge à l’horizon 2050 ;
  • Diversifier la production d’électricité et baisser à 50 % la part du nucléaire à l’horizon 2025.

L’économie sociale et solidaire  (ESS) et la loi Française ? (Extrait de la loi Française) 

Principes et champ de l’économie sociale et solidaire
Article 1

I. – L’économie sociale et solidaire est un mode d’entreprendre et de développement économique adapté à tous les domaines de l’activité humaine auquel adhèrent des personnes morales de droit privé qui remplissent les conditions cumulatives suivantes :
1° Un but poursuivi autre que le seul partage des bénéfices ;
2° Une gouvernance démocratique, définie et organisée par les statuts, prévoyant l’information et la participation, dont l’expression n’est pas seulement liée à leur apport en capital ou au montant de leur contribution financière, des associés, des salariés et des parties prenantes aux réalisations de l’entreprise ;
3° Une gestion conforme aux principes suivants :
a) Les bénéfices sont majoritairement consacrés à l’objectif de maintien ou de développement de l’activité de l’entreprise ;
b) Les réserves obligatoires constituées, impartageables, ne peuvent pas être distribuées. Les statuts peuvent autoriser l’assemblée générale à incorporer au capital des sommes prélevées sur les réserves constituées au titre de la présente loi et à relever en conséquence la valeur des parts sociales ou à procéder à des distributions de parts gratuites. La première incorporation ne peut porter que sur la moitié, au plus, des réserves disponibles existant à la clôture de l’exercice précédant la réunion de l’assemblée générale extraordinaire ayant à se prononcer sur l’incorporation. Les incorporations ultérieures ne peuvent porter que sur la moitié, au plus, de l’accroissement desdites réserves enregistré depuis la précédente incorporation. En cas de liquidation ou, le cas échéant, en cas de dissolution, l’ensemble du boni de liquidation est dévolu soit à une autre entreprise de l’économie sociale et solidaire au sens du présent article, soit dans les conditions prévues par les dispositions législatives et réglementaires spéciales qui régissent la catégorie de personne morale de droit privé faisant l’objet de la liquidation ou de la dissolution.
II. – L’économie sociale et solidaire est composée des activités de production, de transformation, de distribution, d’échange et de consommation de biens ou de services mises en œuvre :
1° Par les personnes morales de droit privé constituées sous la forme de coopératives, de mutuelles ou d’unions relevant du code de la mutualité ou de sociétés d’assurance mutuelles relevant du code des assurances, de fondations ou d’associations régies par la loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d’association ou, le cas échéant, par le code civil local applicable aux départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle ;
2° Par les sociétés commerciales qui, aux termes de leurs statuts, remplissent les conditions suivantes :
a) Elles respectent les conditions fixées au I du présent article ;
b) Elles recherchent une utilité sociale au sens de l’article 2 de la présente loi ;
c) Elles appliquent les principes de gestion suivants :

  • le prélèvement d’une fraction définie par arrêté du ministre chargé de l’économie sociale et solidaire et au moins égale à 20 % des bénéfices de l’exercice, affecté à la constitution d’une réserve statutaire obligatoire, dite « fonds de développement », tant que le montant total des diverses réserves n’atteint pas une fraction, définie par arrêté du ministre chargé de l’économie sociale et solidaire, du montant du capital social. Cette fraction ne peut excéder le montant du capital social. Les bénéfices sont diminués, le cas échéant, des pertes antérieures ;
  • le prélèvement d’une fraction définie par arrêté du ministre chargé de l’économie sociale et solidaire et au moins égale à 50 % des bénéfices de l’exercice, affecté au report bénéficiaire ainsi qu’aux réserves obligatoires. Les bénéfices sont diminués, le cas échéant, des pertes antérieures ;
  • l’interdiction pour la société d’amortir le capital et de procéder à une réduction du capital non motivée par des pertes, sauf lorsque cette opération assure la continuité de son activité, dans des conditions prévues par décret. Le rachat de ses actions ou parts sociales est subordonné au respect des exigences applicables aux sociétés commerciales, dont celles prévues à l’article L. 225-209-2 du code de commerce.

III. – Peuvent faire publiquement état de leur qualité d’entreprise de l’économie sociale et solidaire et bénéficier des droits qui s’y attachent les personnes morales de droit privé qui répondent aux conditions mentionnées au présent article et qui, s’agissant des sociétés commerciales, sont immatriculées, sous réserve de la conformité de leurs statuts, au registre du commerce et des sociétés avec la mention de la qualité d’entreprise de l’économie sociale et solidaire.
IV. – Un décret précise les conditions d’application du présent article, et notamment les règles applicables aux statuts des sociétés mentionnées au 2° du II.

 


Références 

Documentaire ARTE  : Sacrée Croissance !

http://www.neweconomics.org/pages/our-history

http://www.lemonde.fr/economie-mondiale/article/2016/01/06/la-croissance-mondiale-patine_4842813_1656941.html

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000029313296&categorieLien=id

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/joe_20150818_0189_0001_1_-3.pdf

http://www.developpement-durable.gouv.fr/Les-principales-actions-concretes.html

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/14123-7_loiTE-promulguee.pdf

 

 

La décomposition de Solow

Print Friendly, PDF & Email
Notez cet article

Robert Solow est un économiste Américain qui s’est penché sur la question de la croissance économique, il a décomposé la croissance pour pouvoir l’analyser à la manière d’un système comptable, cette décomposition est une approche descriptive, ce n’est pas un modèle théorique,elle n’est donc pas assimilable au modèle de Solow.

robert_solow4

Calculs  détaillés de la décomposition de Solow 

On part de la fonction de production agrégée (1) ayant un progrès technique neutre au sens de Hicks c’est à dire output augmenting, qui augmente l’output en multipliant les 2 facteurs à la fois.

Dans le (2) on va log-linéariser l’expression pour que l’on puisse l’exploiter  et dans le (3) on applique un opérateur de dérivation  par rapport au temps  parce que l’on cherche ici les valeurs en taux de croissance.

EDDEED

L’expression (4) résulte d’une transformation en passant par la définition de la dérivée partielle :

cds

On trouve ensuite les valeurs du capital en variation dans le temps et celle du travail

YYYY

Dans l’expression (5) on a simplement décomposé le F qui est égale à :

nnh

Ainsi on obtient (6) puis on voit que les At se simplifient, on arrive à la dernière expression ci dessus.On voit clairement que l’on est bloqué toute les décompositions possibles ont été faites c’est pour cela que l’on introduit l’Hypothèse de Concurrence Pure et Parfaite qui va nous permettre d’avancer:

Hypothèse de la CPP : les facteurs de production sont rémunérés à leur productivité marginale soit : 

hhjhj

on peut ainsi continuer le calcul :

TTTTTT

 

dans (7) on  a réécrit l’expression pour faire apparaître les expressions en vert et en bleu , il s’agit respectivement de la part de la rémunération du capital ( rente)  dans le revenu national  qui est aussi l’élasticité du revenu national au capital , et l’expression en bleu de la part de la rémunération du travail (salaire) dans le revenu national  qui est aussi l’élasticité du revenu national au travail. Finalement on obtient ceci :

RRRR

Il nous manque une dernière itération, on va rajouter l’hypothèse de rendements d’échelles constants:

ZZZZZ

  • En rouge on à le taux de croissance du PIB
  • En bleu la Productivité globale des facteurs
  • En  orange on a le taux de croissance du capital
  • En vert on a le taux de croissance du travail( de la population active)

Conclusion la décomposition de Solow permet de d’analyser les sources de la croissance et notamment celle expliquée par la croissance des facteurs de production , en revanche il y a une composante non expliquée par les facteurs de production que l’on nomme le résidu de Solow qui correspond à la productivité globale des facteurs.

 

Kevv

 

 

 

⚡Présentation : L’approche descriptive de la croissance économique moderne par JP Biasutti

Print Friendly, PDF & Email
Notez cet article

I) Lapproche descriptive de la croissance économique moderne  par JP Biasutti.

 

Source : ⚡Présentation ‘I) Lapproche descriptive de la croissance économique moderne JP Biasutti1.’

Page 1 sur 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén