Print Friendly, PDF & Email
Notez cet article

La compagnie néerlandaise des indes orientales ou Verenigde Oostindische Compagnie VOC en hollandais est considérée comme la première multinationale de l’Histoire, elle fut fondée par les sept Provinces-Unies des Pays Bas ( Republiek der Zeven Verenigde Nederlanden) en l’an 1602

Pour tenter de contrer les principaux marchands étrangers du Portugal , de la Republique de Venise et d’Espagne, les marchands des Provinces Unis envoient 65 navires divisés en 14 flottes vers l’océan Indien entre 1598 et 1602 ( photo : Le retour à Amsterdam de la seconde expédition vers les indes orientales le 19 juillet 1599).  Royal Museum Greenwich

Les différentes compagnies qui tentaient d’ouvrir l’océan Indien au commerce hollandais sont finalement regroupées le 20 mars 1602 au sein d’une unique compagnie la VOC  avec l’aide des Etats généraux des Provinces Unis (qui y trouve un but stratégique militaire) et des notables Hollandais.

 

La VOC ; plus grande compagnie au monde au 17ème siècle et 18ème – Le grand tour

La VOC fut administrée par six chambres, chacune représentant une ville et ses alentours (Amsterdam, Zélande (Middelbourg), Delft, Rotterdam, Hoorn et Enkhuizen) et conservant un pouvoir autonome de décision. L’intervention de l’État fut déterminante pour les unir et la participation financière était proportionnelle au nombres de représentants.

La compagnie des indes néerlandaise n’est pas la première compagnie des indes créée car la compagnie anglaise fut fondée deux ans auparavant mais elle fut dotée d’un capital beaucoup plus important dès sa création (6.5 millions de florins ). Ce capital est repartit en actions, ce qui va lui valoir le titre de première société anonyme par action de l’Histoire.

Lodewijk Petram (University of Amsterdam) a réalisé une thèse de doctorat en 2011 pour tenter de déterminer le prix de l’action de la VOC  et de modéliser son cours.

mlisdf   Thèse Lodevijk Petram

 

La compagnie fut en position de monopole pour l’importation de denrées exotiques provenant d’Asie durant de nombreuses années.

Au milieu du 17ème la compagnie réalise le plus de profits dans la vente d’épices et de poivre, mais début 18ème c’est le textile qui prend la place du poivre en quantité. Au 18ème siècle, l’importance du textile décroît, du fait de la poussée des importations de thé et de café. Ces deux dernières marchandises représentaient, à elles deux, 4 % des ventes vers 1700 contre plus de 20 % vers 1780.

D’autres produits comme le cuivre, l’étain, le sucre, le salpêtre sont transportés par la compagnie, mais servent surtout de lest aux navires, il faut y ajouter les porcelaines, la soie de Chine et du Japon et les diamants.

Les produits rapportés des voyages des navires hollandais de la VOC  – Le grand tour

La guerre des Provinces Unis contre l’Angleterre en 1780-1784 va terriblement affaiblir la compagnie, les recettes vont lourdement chuter, la compagnie réduit donc la voilure de sa flotte et se retrouve dans de graves difficultés financières. L’État est contraint d’agir pour garantir les remboursements et le paiement des intérêts. Un comité de supervision est mis en place mais ne fait qu’aggraver la situation, en 1796 les administrateurs démissionnent, en 1798 la compagnie est dissoute, la Charte continue d’exister mais il n’y a plus de base juridique; c’est la fin de la Compagnie hollandaise des Indes Orientales .

 

 

 

kevv