Print Friendly

Sacrée Croissance !

La croissance économique est depuis des décennies le mot préféré des politiques, et c’est bien parce qu’elle ne cesse de diminuer que les dirigeants du monde s’inquiètent et tentent en vain de la relancer, outre les considérations sur l’origine de cette baisse les économistes se demandent si le nouveau paradigme qui est entrain de se mettre en place est un phénomène de court terme ou de long terme… Pour certains les niveaux de croissances passés sont bel et bien révolus et la probabilité d’y revenir est infime, il faudra donc s’y habituer, pour d’autre la croissance est toujours l’objectif central de toute conduite de politique économique. Deux visions du monde opposées qui ont des implications directes sur la vie de millions de personnes.

gvgf

 

La croissance à tout prix ? ou un modèle de croissance adapté aux enjeux du siècle à venir ?  voilà la problématique centrale sur fond de questions philosophiques et idéalistes auquel le documentaire Sacrée Croissance ! essaye de répondre, il permet de conforter pour certain ou d’apporter des pistes de réflexions pour d’autre sur l’un des problèmes économiques et politiques majeurs du monde contemporain.

 

Sacrée croissance from Nardisto on Vimeo.

Ce documentaire porte de nombreux projets de développement d’une nouvelle économie, des alternatives nouvelles et se base sur une autre manière de voir la société.

Une Philosophie de vie

Prendre conscience du monde qui nous entoure est un préalable à toute synthèse sociale, agir local et penser global ne doit pas seulement être une démarche de certaines ONG ou d’organisations sociales alternatives, elle se veut citoyenne et à l’échelle du monde car il y a de prime abord le respect de la planète en jeu ainsi que le respect de l’autre et l’harmonie collective.

La croissance est un accélérateur de pression écologique

Le Bhoutan est un petit pays d’Asie central  qui a choisit de délaisser le Produit intérieur brut pour le Bonheur intérieur Brut , une particularité unique au monde qui s’accompagne d’une philosophie de vie unique en son genre mis en pratique par la politique du petit pays monarchique.

Alternatives pour changer le monde

La recherche de la nouvelle économie que prône la NEF, New Economics Foundation crée en juin 1986 par un groupe d’économistes, d’écologistes et d’acteurs du développement, s’articule autour de trois piliers indissociables; l’Economie, l’Environnement et la Société. Les idées nouvelles et alternatives issu de ces différents champs respectifs sont légions, en effet des idées fleurissent aux quatre coins du monde pour améliorer le niveau de vie tout en respectant la nature et les hommes.

Dans les Fermes urbaines de Toronto, des hommes et des femmes se sont entraidés pour créer des coopératives agricoles urbaines dont l’objectif est de retrouver une souveraineté alimentaire, à Rosario en Argentine la création de fermes urbaines a permit de lutter contre l’exclusion sociale. Au Népal dans un petit village à plus de 100 km de la capitale un projet de création de micro-hydrocentrale électrique financé entièrement par la collectivité locale a permit à l’ensemble de la communauté d’accéder à l’électricité tout en respectant l’environnement. Ainsi ces projets on non seulement développés les conditions de vie des populations mais les ont rendues plus autonomes. Les nouveaux moyens d’échanges  comme les monnaies locales dynamisent les commerces locaux et se multiplient à vitesse grand V, les nouveaux moyens de financements quant à eux permettent un accès plus simple au crédit. Autant d’avancées qui bénéficient à l’ensemble de la communauté.

New economics Foundation

Redéfinition des biens communs

La notion de commun est un concept fondamental de la nouvelle économie, un bien commun se définit comme un bien non exclusif c’est à dire qui n’exclut personne à sa consommation et la rivalité qui désigne les biens dont la consommation par un agent empêche la consommation par d’autres agents.

La transition énergétique comme vecteur de croissance ?

En France la loi sur la transition énergétique à été voté en 2015, quels en sont les tenants et les aboutissants?

La majeure partie de l’énergie que nous consommons aujourd’hui est polluante, coûteuse et provient de ressources fossiles qui diminuent. La transition énergétique vise à préparer l’après-pétrole et à instaurer un nouveau modèle énergétique français, plus robuste et plus durable face aux enjeux d’approvisionnement en énergie, à l’évolution des prix, à l’épuisement des ressources et aux impératifs de la protection de l’environnement – Ministère de l’environnement et du développement durable 

Les points clés de cette loi: 

  • Réduire de 40 % des émissions de gaz à effet de serre en 2030 par rapport à 1990 ;
  • Diminuer de 30 % la consommation d’énergies fossiles en 2030 par rapport à 2012 ;
  • Porter la part des énergies renouvelables à 32 % de la consommation énergétique finale d’énergie en 2030 et à 40 % de la production d’électricité ;
  • Réduire la consommation énergétique finale de 50 % en 2050 par rapport à 2012 ;
  • Diminuer de 50 % le volume de déchets mis en décharge à l’horizon 2050 ;
  • Diversifier la production d’électricité et baisser à 50 % la part du nucléaire à l’horizon 2025.

L’économie sociale et solidaire  (ESS) et la loi Française ? (Extrait de la loi Française) 

Principes et champ de l’économie sociale et solidaire
Article 1

I. – L’économie sociale et solidaire est un mode d’entreprendre et de développement économique adapté à tous les domaines de l’activité humaine auquel adhèrent des personnes morales de droit privé qui remplissent les conditions cumulatives suivantes :
1° Un but poursuivi autre que le seul partage des bénéfices ;
2° Une gouvernance démocratique, définie et organisée par les statuts, prévoyant l’information et la participation, dont l’expression n’est pas seulement liée à leur apport en capital ou au montant de leur contribution financière, des associés, des salariés et des parties prenantes aux réalisations de l’entreprise ;
3° Une gestion conforme aux principes suivants :
a) Les bénéfices sont majoritairement consacrés à l’objectif de maintien ou de développement de l’activité de l’entreprise ;
b) Les réserves obligatoires constituées, impartageables, ne peuvent pas être distribuées. Les statuts peuvent autoriser l’assemblée générale à incorporer au capital des sommes prélevées sur les réserves constituées au titre de la présente loi et à relever en conséquence la valeur des parts sociales ou à procéder à des distributions de parts gratuites. La première incorporation ne peut porter que sur la moitié, au plus, des réserves disponibles existant à la clôture de l’exercice précédant la réunion de l’assemblée générale extraordinaire ayant à se prononcer sur l’incorporation. Les incorporations ultérieures ne peuvent porter que sur la moitié, au plus, de l’accroissement desdites réserves enregistré depuis la précédente incorporation. En cas de liquidation ou, le cas échéant, en cas de dissolution, l’ensemble du boni de liquidation est dévolu soit à une autre entreprise de l’économie sociale et solidaire au sens du présent article, soit dans les conditions prévues par les dispositions législatives et réglementaires spéciales qui régissent la catégorie de personne morale de droit privé faisant l’objet de la liquidation ou de la dissolution.
II. – L’économie sociale et solidaire est composée des activités de production, de transformation, de distribution, d’échange et de consommation de biens ou de services mises en œuvre :
1° Par les personnes morales de droit privé constituées sous la forme de coopératives, de mutuelles ou d’unions relevant du code de la mutualité ou de sociétés d’assurance mutuelles relevant du code des assurances, de fondations ou d’associations régies par la loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d’association ou, le cas échéant, par le code civil local applicable aux départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle ;
2° Par les sociétés commerciales qui, aux termes de leurs statuts, remplissent les conditions suivantes :
a) Elles respectent les conditions fixées au I du présent article ;
b) Elles recherchent une utilité sociale au sens de l’article 2 de la présente loi ;
c) Elles appliquent les principes de gestion suivants :

  • le prélèvement d’une fraction définie par arrêté du ministre chargé de l’économie sociale et solidaire et au moins égale à 20 % des bénéfices de l’exercice, affecté à la constitution d’une réserve statutaire obligatoire, dite « fonds de développement », tant que le montant total des diverses réserves n’atteint pas une fraction, définie par arrêté du ministre chargé de l’économie sociale et solidaire, du montant du capital social. Cette fraction ne peut excéder le montant du capital social. Les bénéfices sont diminués, le cas échéant, des pertes antérieures ;
  • le prélèvement d’une fraction définie par arrêté du ministre chargé de l’économie sociale et solidaire et au moins égale à 50 % des bénéfices de l’exercice, affecté au report bénéficiaire ainsi qu’aux réserves obligatoires. Les bénéfices sont diminués, le cas échéant, des pertes antérieures ;
  • l’interdiction pour la société d’amortir le capital et de procéder à une réduction du capital non motivée par des pertes, sauf lorsque cette opération assure la continuité de son activité, dans des conditions prévues par décret. Le rachat de ses actions ou parts sociales est subordonné au respect des exigences applicables aux sociétés commerciales, dont celles prévues à l’article L. 225-209-2 du code de commerce.

III. – Peuvent faire publiquement état de leur qualité d’entreprise de l’économie sociale et solidaire et bénéficier des droits qui s’y attachent les personnes morales de droit privé qui répondent aux conditions mentionnées au présent article et qui, s’agissant des sociétés commerciales, sont immatriculées, sous réserve de la conformité de leurs statuts, au registre du commerce et des sociétés avec la mention de la qualité d’entreprise de l’économie sociale et solidaire.
IV. – Un décret précise les conditions d’application du présent article, et notamment les règles applicables aux statuts des sociétés mentionnées au 2° du II.

 


Références 

Documentaire ARTE  : Sacrée Croissance !

http://www.neweconomics.org/pages/our-history

http://www.lemonde.fr/economie-mondiale/article/2016/01/06/la-croissance-mondiale-patine_4842813_1656941.html

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000029313296&categorieLien=id

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/joe_20150818_0189_0001_1_-3.pdf

http://www.developpement-durable.gouv.fr/Les-principales-actions-concretes.html

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/14123-7_loiTE-promulguee.pdf