L’Afrique, terre d’Histoire, terre de convoitises

Le continent Africain possède de nombreuses ressources et notamment les matières premières indispensables aux économies  des grandes puissances des pays développés. Depuis la décolonisation, l’Occident a quand même gardé une présence forte et des liens privilégiés avec ses anciennes colonies mais l’arrivée de la Chine change la donne, les compagnies Occidentales entrent en concurrence avec les entreprises Chinoises sur l’attributions de concessions forestières, pétrolières ou de minerais rares, dès lors de nombreux monopoles se voient secoués. Le mécanisme en jeu tend à accroître les tensions politiques de part et d’autres chacun souhaite privilégier ses intérêts. La différence de stratégie entre Occidentaux et Chinois conduit de nombreux gouvernements Africains à se tourner de plus en plus vers le nouvel arrivant Chinois et s’éloigner du passé colonial.

 

Les chinois nous offrent du concret et l’occident des valeurs intangibles. Mais ça sert à quoi la transparence , la bonne gouvernance si les gens n’ont pas d’électricité, pas de travail ? La démocratie ça ne se mange pas.  »  Serge Mombouli conseiller du  président du Congo Brazzaville. Tiré du livre La Chinafrique.

Quelles sont les raisons qui poussent le géant Chinois à s’installer en Afrique ? Tout d’abord  l’immensité du continent Africain est considéré par les chinois comme une terre quasi vierge, c’est une aubaine car la Chine est surpeuplé. Chaque années de plus en plus de chinois choisissent de s’expatrier hors de leur frontières pour rejoindre le continent Africain. Une autre raison est que, comme les puissances Occidentales, la Chine est attirée par l’abondance des matières premières, le pétrole surtout, ainsi que les composants nécessaires à la production des smartphones, mais aussi les nombreuses terres vacantes pour la production agricole ou encore pour pallier aux besoins d’Uranium. La Chine y trouve les ressources dont elle a besoin et les échanges contre tout types de services. Enfin la Chine souhaite repartir à la conquête du monde et se détacher du centralisme passé. Sa stratégie est claire conquérir tout les marchés Africains qui lui serviront de tremplin pour aborder d’autres marchés comme l’Amérique latine ou l’Europe. De plus la Chine réaffirme sa position forte dans le jeu politique mondial.

Une stratégie Economique

Les Chinois arborent fièrement la doctrine du « Gagnant- Gagnant  » , ils viennent construire des infrastructures en échange de matières premières. Les entreprises Chinoises adoptent une stratégie liée, c’est tout l’Etat Chinois qui propose ses services sous forme de « packages », les entreprises agissent de concert et peuvent ainsi proposer la construction de routes, de ponts, de voies de chemins de fer, de barrages électriques, d’écoles, d’hôpitaux et d’autres réseaux de téléphonies ou de transport qui font le bonheur des Etats Africains désireux de développer leur pays. Ainsi l’espoir d’un développement Sud-Sud s’est entrouvert.

La relation Chine- Afrique s’est construite autour du développement économique du business et de la confiance dans les  petits entrepreneurs , cette politique marque une rupture avec la vision paternaliste Occidentale qui se concentre plus sur une aide au développement humanitaire, bien sur les grands acteurs dans les secteurs du pétrole et de l’extraction sont toujours là (Total, Chevron, BP, Shell, Exxon …) mais le discours Occidental de transparence, de démocratie, de respect des droits de l’Homme souvent opposé au respect de la diversité, d’apitoiement sur les inégalités, sur la pauvreté  passe de moins en moins …

L’Afrique ne veut plus de leçons, et comme l’Europe semble se désengager de l’Afrique, elle se tourne vers le nouvel arrivant Chinois qui, il faut bien le dire, à une vision long-termiste. La Chine n’a aucun scrupule à construire des infrastructures pour des dictateurs, dans des pays ayant une forte corruption ou instables politiquement contrairement au Occidentaux même si cette vision n’a pas toujours fais foi dans le passé. L’Occident n’a donc pas de leçon a donné sur ce point.

La Chine essaye de construire un discours historique qui passerait mieux aux oreilles des chefs d’États Africains, les relations Sino-Africaines remonteraient au 15ème siècle et même avant, lorsque l’empire des Ming envoya des centaines de vaisseaux à la conquête du monde ( Sous le règne de l’empereur Yongle, des expéditions chinoises explorent des terres et surtout des mers inconnues. L’apogée de cette période exploratrice est l’épopée de Zheng He, eunuque chinois qui va jusqu’en Afrique. Sa flotte, selon l’auteur britannique Gavin Menzies, aurait entrepris d’explorer la totalité du globe, atteignant l’Australie et les Amériques ). Il faut dire que cette stratégie fonctionne bien car elle s’oppose au passé sombre de la colonisation Occidentale et de l’esclavage.

L’histoire de la  politique chinoise en Afrique n’est cependant pas exante de tout reproche, pour certains hauts responsables Chinois, la Chine est allée trop loin pendant la guerre froide, elle a soutenu les alliés des Américains en appuyant l’UNITA de Jonas Savimbi en Angola contre les Russes et a adopté une attitude passive concernant le régime de l’apartheid en Afrique du Sud. Aujourd’hui la Chine se tient fièrement au coté des BRICS ( Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud).Ils soutiennent les cinq principes ( discours des non-alignés) qui sont le respect mutuel de la souveraineté et de l’intégrité territorial, le pacte de non- agression, la non-ingérence dans les affaires d’autrui, l’égalité et les bénéfices mutuels, et la coexistence pacifique.

La politique Chinoise s’oppose aussi aux politiques des grandes institutions mondiales comme la Banque mondiale et le FMI organismes fortement critiqués pour leurs politiques menées dans les nombreux pays Africains et qui dans biens des cas n’ont pas prouvé leur efficacité, les conditions des lignes de crédits entre ces organismes et les Etats reposent essentiellement sur les valeurs Occidentales de démocratie, de transparence, de restructurations administratives ( décentralisation) , de respect des droits de l’homme, de politiques d’austérité et « de resserrement de la ceinture  » matérialisés par des coupes budgétaires aux conséquences néfastes, qui souvent déstabilisent les piliers fondamentaux que sont l’éducation et la santé dans ces pays déjà en retard dans ces domaines. La Chine quant a elle ouvre de nombreuses lignes de crédits qui se chiffres en milliards elle a annulé 40% de la dette bilatérale de la Cote d’Ivoire par exemple.Concernant sa capacité d’action financière elle à le bras long !Cela est dû notamment à ses réserves de changes accumulés qui sont confortables ( 1455 Mds en 2007).

Carte des Investissements Chinois en Afrique ( 2015)

http://www.economist.com/news/middle-east-and-africa/21639554-china-has-become-big-africa-now-backlash-one-among-many

Les avantages Chinois se retrouvent aussi dans la productivité du travailleur chinois , outre le fait que la main d’oeuvre est illimité, le travailleur chinois est une machine , il travail souvent jusqu’à 23h le soir et 6/7 jours, tout le monde est impressionné de constater que les projets mettent un temps record à sortir de terre. Les chinois viennent aussi former les Africains et surtout le personnel qualifié car la main d’oeuvre chinoise est moins chère. Il est certain que la barrière de langue et la différence culturelle ainsi que les méthodes employées créent de nombreux problèmes et un sentiment de rejet auprès des travailleurs Africains qui sont obligés de faire avec. Les dirigeants, qui ne soutiennent pas les pratiques de management Chinoises préfèrent cependant leur politique de développement  des infrastructures au  développement simple échange commodités / produits manufacturés pratiqué de manière générale par les Occidentaux.

Nous sommes un peuple de 3 millions et quelques et eux sont 1 milliard et quelques, donc la relation au travail n’est pas la même, chez eux c’est une question de survie , chez nous aussi mais pas au même niveau: Certains jeunes ici n’ont pas encore compris l’importance du travail. Cela agace les chinois . Je les comprends. Il faut bien avouer que nous sommes un peu flegmatiques.

Dans le même temps les sommets et accords de coopérations se multiplient, de nombreux contrats sont signés lors de ces sommets. le sommet de Pékin en 2005 a fait office de séisme géopolitique, plus récemment le sommet de Johannesburg qualifié d’historique prévoit un investissement accru pour le maintient de la paix , la création de centres de formations pour 200000 techniciens et des échanges d’étudiants avec la Chine, de plus Xi Jinping s’est engagé à effacer les « dettes gouvernementales sans intérêt déchues fin 2015 ».

 

Le reportage présente de nombreuses personnes présent dans le livre La Chinafrique.

Autres Documentaires :

 SOURCES :

-http://www.lemonde.fr/televisions-radio/article/2017/03/15/tv-congo-la-guerre-des-minerais-le-recit-d-un-desastre_5095053_1655027.html

-http://www.scmp.com/news/china/diplomacy-defence/article/1887975/infographic-chinas-total-investment-africa?utm_source=&comment-sort=recommended

La Chine investit l’Afrique

  • http://www.economist.com/news/middle-east-and-africa/21639554-china-has-become-big-africa-now-backlash-one-among-many

– La Chinafrique – Serge Michel et Michel Beuret

http://www.courrierinternational.com/magazine/2014/1257-la-chine-a-la-conquete-du-monde

https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_Chine#L.E2.80.99empire_Song_.28960-1279.29_et_l.27empire_Jin

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/12/07/ce-qu-il-faut-retenir-du-sommet-chine-afrique_4826212_3212.html

KEVV