Notez cet article

Le livre paru en 2004 a remporté le prix Européen du livre d’économie la même année, cet ouvrage s’offre comme un condensé des thèses déjà émises  en économie du travail et ajoute un regard nouveau grâce à des chiffres marquants .

« Le temps n’est pas encore venu de dire que l’on a tout essayé en terme de chômage   »

Certains ouvrages d’économie sont à recommander pour qui veut aller au delà des quelques formules superficielles qui servent de prêt à penser économique. L’ouvrage de Pierre Cahuc et René Zylberberg, au titre provocateur « Le chômage, fatalité ou nécessité », est indiscutablement de ceux là.  Institut supérieur du Travail 

le chomage fatalité ou nécessité

Préface d’Olivier Blanchard

Comment promouvoir le le changement et le progrès en limitant les incertitudes et les pertes individuelles ?

-> Rebâtir l’assurance chômage

->Emploi pour les travailleurs peu qualifiés

->Réforme de la législation (indemnités, formation et recherche d’emploi

Chaque jour 10 000 emplois sont détruits et 10 000 se créent

  • Un processus de « destruction créatrice  » pour paraphraser Schumpeter est à l’oeuvre sur le marché du travail.
  • Il faut changer de mode de pensée pour mettre en place un système juste et efficace, pour cela il faut arrêter d’avoir la phobie du chômage.
  • Les auteurs nous disent que chaque nouveau gouvernement avance dans le brouillard car les reformes précédentes ne font l’objet d’aucune évaluation précise.
  • Il y a une polarisation du débat entre d’un coté les défenseurs de la « flexibilité » qui raisonnent en terme d’efficacité et de l’autre les partisans de l’intervention multidirectionnelle qui raisonnent en terme de justice sociale et d’équité (salaire minimum élevé, interdiction de licencier, allocations chômages et minima sociaux  généreux, emploi public et déficit budgétaire)
  • Loi des 15% : à l’échelle d’une nation chaque année, environ 15 % des emplois disparaissent et 15% apparaissent
  • Le déversement des emplois dans un même secteur d’activité est plus significatif qu’entre secteurs.
  • Chaque année 10% des entreprises Européennes disparaissent en moyenne et autant apparaissent (Bartelman – Scarpetta – Schivardi)
  • 70% des embauches se font en CDD, la part de l’emploi stable reste relativement faible ( données 2004)
  • La mondialisation n’aggrave pas le chômage (voir théorie du commerce international paradoxe de Leontief)
  • La théorie des licenciements boursiers ( licenciement -> augmentation des dividendes -> augmentation du prix de l’action ) n’est pas une loi car elle est réfutée par les études empiriques, en moyenne après une réduction d’effectif le cours de l’action de l’entreprise cotée baisse.( Farber et Hallock)

Le travail ne se partage pas

  • L’immigration n’aura pas d’effet sur les salaires ou le chômage si le pays à une capacité forte d’adaptation du capital ( moyens de production,infrastructures…)
  • La réduction du temps de travail tel que la loi Aubry (35h) n’a pas fait apparaître d’effet positif sur l’emploi d’après les deux études présentées ce qui n’est pas le cas  des allègements de cotisations patronales.

Le salaire n’est pas toujours l’ennemi de l’emploi

  • Opposition entre les théories keynésiennes pour lesquelles une hausse des salaires entraîne une hausse de l’emploi et les théories libérales pour lesquelles la relation est inverse car les hausses de salaires dégradent la rentabilité des entreprises. Qui a raison ? Tout le monde, mais dans certaines circonstances.
  • L’imposition d’un salaire minimum a un impact positif et durable sur l’emploi
  • Une hausse du salaire minimum peut augmenter le nombre d’embauche si l’employeur a un degré de contrôle ( en référence au degré de concurrence su le marché du travail) significatif sur le taux de salaire qu’il paie ( George Stigler -1946)
  • Le salaire minimum peut être bénéfique ou néfaste, tout dépend du point de départ (Est il proche des minima sociaux ,très éloigné ? )
  • En France de 1960 jusque 2000 le salaire minimum n’a cessé d’augmenter
  • Il faut mettre en balance l’impact du SMIC sur le coût du travail peu qualifié avec les allègements de charges des entreprises.
  • Il est indispensable de ne pas entraîner les personnes accidentés du travail dans une « trappe à inactivité » dû aux indemnités sociales.

Le travail doit payer

  • Le crédit d’impôt ou impôt négatif consiste a accorder des réductions d’impôt à ceux qui acceptent de prendre un emploi faiblement rémunéré (Prime Pour Emploi * 2001 France)
  • Le mécanisme d’intéressement crée des avantages temporaires qui favorisent la précarité
  • Si on décide de taxer les riches deux effets viennent à l’oeuvre ; l’effet Laffer consiste à dire que la hausse des taxes jusqu’a des niveaux trop élevé conduit à une baisse de l’activité et une baisse des recettes fiscales. Les riches étant peu, l’augmentation des recettes fiscales seraient minimes comparée à une taxation plus élargie.

Le chômage est utile

  • La recherche d’emploi est une activité économique utile
  • Il y a un véritable problème d’appariement entre offre et demande dans certains secteurs
  • On peut tirer trois enseignements des allocations versées aux chômeurs ( 1- Une forte diminution des allocations force une partie des chômeurs à trouver rapidement un emploi , 2- le taux de sorties de chômeurs le plus qualifiés double quand la fin de leur droits d’allocations chômage approche, 3-une partie des chômeurs ne retrouvent pas d’emploi le quatorzième mois après une forte diminution de leurs allocations.
  • Plutôt que « d’affamer » les chômeurs, un système plus juste doit être mis en place.
  • Une aide au retour à l’emploi consiste en une combinaisons d’aides personnalisés et de sanctions crédibles.

Protéger l’emploi autrement

  • La protection de l’emploi poursuit au moins trois objectifs; augmenter ou stabiliser l’emploi en diminuant les destructions, réduire les risques encourus par les salariés et inciter les entreprises  à tenir compte de la valeur sociale des emplois.
  • La rigueur de l’emploi n’a aucun effet significatif sur le taux de chômage mais elle accroît la durée du chômage et diminue le taux d’emploi
  • Il faut retenir qu’un licenciement engendre une externalité , c’est à dire que la valeur sociale d’un emploi dépasse sa valeur privée d’un montant égal au coup pour la collectivité de la personne licenciée pendant sa période de chômage.
  • L’emploi contribue à améliorer l’état de santé, à diminuer la criminalité,et permet une redistribution des richesses (ex : au sein d’une famille)
  • Un licenciement économique doit être justifié par la sauvegarde de la compétitivité et non son amélioration.
  • La fiscalisation de la protection économique est plus efficace que toute formes de contrôle économique et se  base sur la transparence et l’incitation.

L’éducation n’est pas une potion magique

  • Accroître systématiquement l’intervention publique en matière d’éducation, de formation permanente et de reconversion professionnelle n’est pas toujours la meilleure politique possible.
  • Aider les enfants et adolescents issus de milieux défavorisés est efficace.

Evaluer et changer les politiques publiques de l’emploi

  • En France plus de 80 dispositifs se sont succédé depuis 1970
  • Aides à l’emploi dans le secteur publique et associatif : créer des emplois à durée limité pour des publics en difficultés ,
  • Aides à l’emploi dans le secteur privé : subventions des entreprises pour la formation et l’embauche de publics particuliers
  • Les programmes de formations en entreprises et de remplacement temporaire d’un employé dans le secteur publique est efficace ( cas de la Suède)
  • Classement des mesures ; 1- subventions à l’emploi dans le secteur privé, 2- chômage simple , formation en entreprise et remplacement temporaire, 3-formation hors de l’entreprise et emploi temporaire dans le secteur publique
  • Les aides à l’emploi sont d’autant plus efficaces que l’emploi aidé est proche d’un emploi régulier

 

Grandes lignes du livre – KEVV


Réferences 

Le chômage , fatalité ou nécessité? – Pierre Cahuc et André Zylberberg

http://www.alternatives-economiques.fr/le-chomage–fatalite-ou-necessite–par-pierre-cahuc-et-andre-zylberberg_fr_art_180_20018.html

http://istravail.com/actualites-etudes/les-etudes-sociales-et-syndicales/10244-lu-pour-vous-le-chomage-fatalite.html